• Une histoire, une échelle

    Quand une histoire à la télé se termine, généralement, elle se termine bien.

    Le fait d'avoir subi toutes sortes de péripéties à la suivre, avec toutes ces alternances de plaisirs et de souffrances, s'élevant crescendo, permettent d'en vivre l'émotion durant un bon moment encore après qu'elle soit finie.

    Si elle s'est bien terminée, cela nous laisse de bonne humeur.

    Si elle s'est mal terminée, cela nous laisse d'humeur cauchemardesque.

     

    C'est pareil pour les changements d'échelle.

    Un jour, je suis devenu comme mort à l'échelle au dessus, et je suis tombé à l'échelle en dessous, ici bas.

    J'y suis toujours, et d'une certaine manière, je suis toujours vivant.

    Avant, j'étais terrorisé à l'idée de vivre dans tant de souffrance, fruit du pêcher.

    Maintenant que j'ai acquis l'expérience de la vie, je n'espère qu'une chose, c'est remonter chez moi dans les meilleures conditions pour tous.

     

    Ce retour peut se faire de deux manières :

    Soit le noyau du mal est exterminé dans ce sous-monde, et les Justes redressent la barre, auquel cas, votre sous-monde deviendra la suite de mon monde, c'est à dire le monde de mon futur enfant. Je resterais alors quelques années ici avec ma dernière épreuve, ma Calypso, avant de remonter retrouver ma Pénélope. Ça, c'est un long rêve pour votre monde en perspective, l'assurance de 1000 années de paix pour vous, et un instant de bonheur pour moi au dessus.

    Soit le mal triomphe dans votre sous-monde, et celui-ci sera détruit dans un déluge de bombes atomiques, auquel cas, tout ceci n'aura été qu'un rêve ou un cauchemar inconscient pour chacun de ceux d'entre nous qui sont aussi au dessus. Mais non seulement le retour sera instantané et insupportable, mais les conséquences sur la vie d'au dessus seront terribles, pour ceux qui ont pêché ici et ne se sont pas repentis.

     

    Voilà, vous savez tout. L'apprenti Père de votre monde, c'est moi.

    Je suis l'Agneau comme immolé, qui a souffert en suivant le Plan de Jésus, pour vous comme pour moi.

    Tout ce que je dis maintenant se passe de preuves, c'est évident.

    Qui pourrait affirmer une chose pareille ?

    La révélation est là, sous vos yeux !

     

    La seule question est : "Voulez-vous vivre en gardant le meilleur de ce que vous avez acquis ici, tout en rejetant le pire ? Ou préférez-vous détruire 27 années de labeur, et payer vos dettes ?"

    Si vous êtes mécontents de ces 27 dernières années, le meilleur moyen d'agir n'est pas de vous suicider, mais au contraire, d'accepter enfin la vie.

    Accepter de vivre rehaussera le niveau de vie, pour vous, et pour tous.

    Plus vous serez nombreux à vous efforcer de vivre simplement, de manière Juste et Bonne, pour le meilleur et pour le pire, et plus la vie d'ici-bas vous comblera de bonheur.

     

    Si vous voulez que mon règne vienne, souhaitez-le, dites : "Viens !".

    Et transmettez ce message, pour qu'il soit vu par tous les gens censés.

     

    Je ne suis actuellement pas sur le trône de votre monde, pas plus que mon enfant.

    Pour qu'il nous soit arrivé tant de malheurs à tous, imaginez qui y règne...

     

    J'ignore comment s'accomplis le mystère du Christ, mais je sais que seul son chemin mène à la vie.

    Je n'ai nul besoin d'être un dieu ou un roi, mais j'ai besoin de régner avec les Justes sur mon monde.

    De là-haut, je guiderai le vôtre, en enseignant à mon enfant comment vivre dans la droiture et l'amour de son prochain, si vous m'en laissez la chance.

     

    Au Nom de l’Éternel, je bénis tous ceux qui sont avec moi, ainsi que ceux qui se repentent, et se rallient à ma cause.

     

    Amen

    « Tiangong-EndLe mauvais choix »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :