• Tentative de lâcher de lest

    Après vingt quatre ans de schizophrénie, Dieu ne me portant plus dans son cœur malgré mon combat pour garder la Foi, je décide de tenter de voir les choses sous un autre angle.

    C'est pour mon bien-être mental.

    Je remplace alors dans ma conscience le Divin pouvoir par la chance, tandis que son opposant, le Diable, est remplacé par la malchance.

    Ce remplacement ne peut fonctionner que parce que je comprend petit à petit ce qu'est le surmoi de Freud.

    Je me dis alors que mon surmoi m'agresse, me force à m'enfermer chez moi, car il est conditionné de travers.

    Déjà, j'avais associé beaucoup trop de choses à des signes venant du Ciel. Mais ce n'est pas le hasard qui est capable de m'indiquer mon chemin, ou même parfois capable de faire semblant de prévoir l'avenir à très court terme. C'est mon intuition qui me joue des tours.

    Je me posais dans ma tête une question. Puis, le moindre bruit devenait une réponse. Un coup pour "oui", deux coups pour "non", trois coups pour "peut-être", quatre coups pour "absolument non", et autres âneries, pouvaient être interprétés par moi comme des réponses de Dieu si la réponse se révélait sembler juste. Sinon, c'était l’influence du Diable.

    Pareil pour les prières. Quand j'étais chanceux, je croyais que c'était Dieu qui m'aidait, et quand j'étais malchanceux, je croyais que c'était le Diable qui était triomphant pour le moment, jusqu'à ce que Dieu arrive, bien après.

     

    Mais j'ai compris, maintenant, que ce mal pseudo-religieux que j'ai, frappe presque tout le monde.

    Nous autres, les croyants, sommes frappés par deux maux au lieu d'un. Il y a les religions, qui parasitent notre surmoi. Et il y a la politique, qui parasite toute l'humanité, avec la prétention de la servir, plus encore que la religion.

     

    A l'heure où j'écris ceci, toutes sortes de bruits environnants me donnent l'illusion que Dieu me dit de ne pas écrire ce texte, tandis que d'autres bruits m'incitent à reformuler ce que je dis.

    Mais ces bruits ne sont pas l'oeuvre de Dieu. C'est mon surmoi conditionné qui veut continuer à me replonger dans toute la "guigne religieuse".

    Il n'y a aucun Dieu là-dedans. Mais il est difficile de vivre dans un monde aussi chaotique que le notre, plus plein de criminels et d'égoïstes que de bienfaiteurs, et de se dire : "je suis seul, car aucun Dieu ne m'aide".

    Oui, c'est cela le plus difficile pour sortir de l'intégrisme religieux.

     

    Cela dit, j'ai quelques outils pour tenter d'éliminer les religions de ma vie.

    Il y a déjà la lecture, et puis la connaissance.

    Mais il y a aussi mes propres observations sur la chaos.

    (Je parle ici de la théorie du chaos)

     

    Car il y a quelque chose d'important à savoir sur le hasard.

    Prenez un dé à six faces. Où est le hasard là dedans ? Tout est prédéterminé, vous pouvez le constater.

    Mais faite rouler le dé, et le résultat obtenu est du hasard.

    Que s'est-il passé ? C'est simple ! Pendant un instant, vous avez perdu de vue les positions des valeurs sur le dé.

    Le hasard, c'est donc que les choses deviennent imprévisibles, parce qu'elles dépassent nos sens, nos capacités à voir.

    Relancez le dé très lentement, filmez-le en même temps, ralentissez la vidéo, et vous verrez qu'il n'y a plus de hasard.

     

    Cela dit, vous comprenez que ce dé n'échappe pas aux règles de la physique traditionnelle. A l'arrêt ou pas, tout est conditionné pour obéir à un ordre des choses.

    Cet ordre est celui du chaos. (cf: Théorie du chaos)

     

    A l'arrêt, il n'y a pas de chaos, ou en tout cas, pas à l'échelle du dé.

    Si le dé tournait sur un et un seul cercle, autour d'un axe par exemple, il n'y aurait que très peut de chaos à l'échelle du dé.

    Et plus de rotations se combinent entre elles, et plus il y a de chaos.

     

    Quand le dé roule, d'ailleurs, même s'il ne peut tourner que sur trois axes, son mouvement est déterminé par de nombreuses rotations qui s'influencent les unes les autres, et qui finissent par cesser d'influencer le mouvement, jusqu'à l'arrêt du dé.

    Certaines de ces rotations pourront ne pas ou peu influencer le résultat affiché sur le dé.

    D'autres d'entres elles seront décisives.

    Enfin, il pourra y avoir des rotations dont les mouvements s'annulent les uns les autres parfois dans le temps.

     

    On peut donc en conclure qu'il n'y a pas un et un seul destin pour tout le monde, car personne ne sait le lire tout entier.

    Mais on peut conclure qu'il y a une infinité de micro-destins en toute chose qui s'influencent les uns les autres, plus ou moins, jusqu'à déterminer tout ce qui se passe dans le monde.

     

    En définitive : "tout est écrit, mais personne ne peut tout voir en même temps".

    Et "Dieu ne joue pas aux dés avec des dés pipés", car Dieu n'existe pas.

    Pour que Dieu existe, il faudrait d'abord qu'il soit conscient de tout ce qui existe.

    Et ensuite, il faudrait qu'il soit à la hauteur des qualités qu'on lui assigne.

    Car si Dieu est dit "Juste et bon", le débordement de la souffrance sur terre contredit ces qualités.

    Et toutes les excuses trouvées pour justifier l'existence de Dieu sont donc forcément des erreurs volontaires et intégristes.

     

    Le mieux que chacun de nous peut faire, ce n'est pas de prier, mais d'agir au mieux pour être dans une situation intellectuelle et financière suffisante pour aider ses proches. Car la vie n'a pas de sens. Et que c'est à nous de le lui en donner un : "Le bon sens".

    Rien ne justifiera jamais aucune guerre. Car nos guerres sont nos pires erreurs.

    Mais ce sont nos erreurs qui nous font progresser, parait-il.

    Alors, tirons enfin la leçon qu'il faut tirer de ces guerres : "nous voulons la paix !".

    « Le Saigneur des annEAuXMon but (2017) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :