• Le Livre du Temps

    Partie 1

    Il est possible d'écrire une partie d'un Livre infini.

    Il est impossible de finir d'écrire ce Livre.

    Ce Livre a pourtant un début, mais pas de fin.

     

    Une demi-droite a un point de départ mais pas de point de fin.

    Ce que l'on peut écrire de ce Livre peut l'être sous la forme d'un Plan.

    Mais en vérité, ce Livre dans son entier est un Demi-Plan, avec deux rebords finis.

     

    Seuls deux symboles permettent d'écrire ce qu'il y a à dire dans ce Livre.

    Il s'agit du cercle et du segment.

    On peut toutefois y ajouter des nombres, en guise d'unités de mesure.

     

    Sur le rebord vertical, ces nombres peuvent être entiers ou à virgule.

    Selon la taille des espaces que l'on veut mesurer dans le Temps.

    Sur le rebord horizontal, ces nombres ne peuvent être qu'entiers.

     

    Ces nombres entiers indiquent la durée d'une période.

    Chaque période se répète à l'infini.

    Ce sont donc des fréquences qui émettent sans fin.

     

    Ce Livre est un outil de comparaison de tout ce qui est cyclique.

    On en dessine une partie suffisant, puis on choisit une unité de mesure.

    On choisit donc un point de départ et un pas régulier.

     

    Puis, on trace les deux symboles de base, que sont le cercle et le segment.

    On les trace toujours selon la même logique, immuable.

    Et l'on observe ce que l'on veut observer.

     

    Le Livre du Temps

    En rouge, les "durée des périodes", des nombres entiers, invariables.

    En bleu, les "événements", d'autres nombres entiers, invariables aussi.

    Mais à ces derniers peuvent être multipliés par un coefficient.

    Cela permettra de mesurer et de comparer les événements à diverses échelles.

     

    Partie 2

    On remarque que la forme de ce Livre est carrée.

    Et qu'il inclue une infinité de triangles.

     

    Tous ces triangles partent de l'événement zéro (0 en bleu), hors du Livre.

    Mais leur point de départ dans le Plan coupe leur numéro d'indice.

     

    Le premier triangle (indice 1) démarre en face du 1 bleu.

    Le deuxième (indice 2) démarre en face du 2 bleu.

    Le troisième triangle (indice 3) démarre en face du 3 bleu.

    Etc.

     

    Ce sont des triangles rectangles, et le premier est aussi isocèle.

    Sa pente est de 45 degrés, et son côté adjacent est "ouvert".

     

    Le deuxième triangle est inclus dans le premier.

    Sa pente est multipliée par deux par rapport au premier.

     

    Le troisième triangle est inclus dans le deuxième.

    Sa pente est multipliée par trois par rapport au premier.

     

    Le Livre du Temps

     

     

    Partie 3

    Si l'on observe chaque colonne du livre, on se rend compte qu'il y a un cercle à chaque point de départ, suivi d'une infinité de cercles à intervalles réguliers, séparés par une certaine quantité de segments.

    Le nombre écrit en rouge, nommé "durée de la période", correspond à la quantité de temps entre deux de ces cercles.

    A chaque colonne peut donc être associé un événement de notre quotidien, si tant est que les périodes correspondent.

    Il est à noter qu'un événement de notre quotidien a un début et une fin. Mais que le Livre, lui, peut être calculé à l'infini.

    Nous devons donc dessiner la partie du Livre qui nous intéresse, en fonction de ce que l'on veut mesurer, et/ou observer.

     

    Nous devons aussi noter une différence majeure entre le Plan et les événements du quotidien.

    Les événements sont vivants. Ils obéissent toujours au Plan du Livre, mais ne sont pas contraints d'obéir toujours à la même partie du Plan.

    Il n'y a donc pas de Destin avec une voie unique, mort, rigide, gravé dans la pierre, dans laquelle la vie serait enfermée. Le Destin n'est pas une prison, c'est un labyrinthe abyssal, une fractale sans fin.

     

    Remarques :

    Deux uniques cercles aux extrémités d'une ligne renfermant uniquement des segments, nous indiquent que le nombre événementiel (en bleu) est un nombre Premier.

    Leurs numéros de périodes (en rouge) valent "1" et le nombre Premier en question.

     

    S'il y a d'autres cercles intercalés entre ces segments, leur nombre événementiel (en bleu) correspondant est pair ou impair.

    Si l'on appaire les cercles deux par deux, on obtient en rouge deux facteurs périodiques qui, multipliés entre eux, permettent de retrouver toujours le même nombre événementiel.

    Parfois, il ne reste qu'un cercle isolé, dont le numéro de période en rouge ne peut être appairé qu'avec lui-même, pour former le nombre en bleu.

     

    Le Livre du Temps

     

    On remarque aussi que l'on peut parfois superposer une partie du livre avec une autre, pour les comparer.

     

    Le Livre du Temps

    Le Livre du Temps

    Partie 4

    Voici un exemple de mise ne pratique de ce Livre.

     

    Considérons que l'univers devrait être visible en permanence, sa période est donc de "1".

    Considérons que le soleil est, en moyenne, visible 12 heures sur 24, sa période est donc de 24/12 = 2. (En vérité , les journées les plus courtes sont de 8 heures, et les plus longues de 16 heures, à quelques imprécisions près)

     

    La première chose que nous remarquons, c'est que quand le soleil est présent, nous ne voyons plus l'univers à l’œil nu. La lumière prend le dessus sur les ténèbres.

    (Le jour nous n'y voyons que de près, la nuit, nous n'y voyons que de loin)

    Nous observons donc ici que la fréquence de période "1" est modulée par la fréquence de période "2".

    Nous en déduisons que le Chaos (cf: "théorie du Chaos") s'obtient par "la modulation d'un ordre par un autre ordre".

     

    Observons maintenant la lune.

    Elle met approximativement 27 jours pour faire son cycle complet.

    Et elle ne reste qu'approximativement 3 jours éteinte complètement.

    3 x 9 = 27

    La lune correspond donc approximativement à la période 27.

     

    Moyennant quelques calculs, il est donc possible de comparer avec plus ou moins de précision la position Temporelle du soleil par rapport à la lune. Plus le calcul est précis, plus les positions des événements Temporel seront fiables sur une forte longueur du Livre.

     

    Conclusion :

    Imaginez donc tout ce qu'il est possible de mesurer, de comparer...

    Tout est cyclique dans l'univers, peu de choses sont vraiment chaotiques.

    Et même ce qui se mouve de manière chaotique est lisible dans ce Livre.

    Il suffit de décomposer un mouvement chaotique en mouvements périodiques.

    La transformée de Fourier devrait nous aider...

    Sachez qu'il devrait être prévisible, aussi, de savoir quand une personne qui décède se réincarnera.

    « La règle des allah'sEnfin la fin de Daesh ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :