• le Diable est une limite physique

    Notre société, guidée par la Franc-Maçonnerie, a essayé de nous unir dans un monde meilleur.

    Elle a essayé de nous unir malgré nos différences.

     

    Le Nazisme, lui, a essayé de supprimer les différences.

    Cela a provoqué une guerre mondiale et c'était un échec.

     

    Mais le mondialisme aussi est un échec.

    Regardez la guerre et la tension mondiale !

     

    La raison en est simple :

    Plus nous nous rapprochons les uns des autres, plus nos différences nous dérangent.

    Ce qui est différent chez l'autre provoque en nous le besoin de juger.

    Mais voilà, nous avons une limite physique dans ce domaine.

    Quand nous jugeons, nous avons besoin de savoir qui est responsable de quoi.

    Et le coupable est forcément Soit soi, Soit l'autre.

     

    Entre les deux, il n'y a rien sur lequel on puisse s'appuyer.

    Il n'y a aucun équilibre du jugement qui permette à l'homme d'attribuer en un mot à chacun le jugement qu'il mérite.

    Le Diable, c'est donc cette frontière de l’ego, qui sépare l'égoïsme et l'altruisme, le soi et l'autre dans le jugement.

     

    C'est sûrement pour cela que le pêcher originel provient du "fruit qui permet de distinguer le bien du mal".

    Notre jugement est faussé, et pour réussir à être bien ensembles, nous nous devons de ne pas juger.

    Cela est difficile dans cette société où nous sommes devenus trop proches, tout en étant trop différents.

    Cela devait être aussi difficile dans les société Nazie où les gens étaient loin les uns des autres, tout en faisant tout pour ressembler au modèle unique Arien.

    On peut se poser la question s'il existe une manière de penser qui permette de ne pas avoir besoin de juger son prochain.

    Si elle existait quelque part, il faudrait arriver à faire que le monde entier ne juge plus.

    Cela en espérant, bien sûr, que l'absence de jugement ne provoque pas un paix qui deviendrait, à terme, nocive pour tous.

    Mais qui ne tente rien n'a rien !

     

    Le Diable n'est donc pas seulement "celui qui divise, qui sépare".

    Il peut se révéler aussi sous la forme de "celui qui unifie dans le désordre".

     

    Car si tout se sépare, on appelle cela une explosion.

    Et si tout s'assemble, on appelle cela une implosion.

    « Fait comme un ratQuestion »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :