• Comme tout autre dieu, sorti de la paix Éternelle pour être mis en cellules ; c'est à dire dans un corps de matière ; Napoléon trouva la solution pour mettre à feu et à sang sa terre injuste, jusqu'à s'en libérer, comme tous les dieux, sans craindre la souffrance.
    • La souffrance est le foudre de l’Éternel, qui résout toute chose par elle, car l'amour ne résout rien, il repousse les choses.
    • Heureux les simples d'esprit, car le royaume des vieux leur appartient !
    • Malheur aux Anges, aux dieux, aux Illuminés, aux sauveurs, aux Messies, et à tout ce qui veut apporter son aide, car vouloir aider l'autre, c'est élever contre soi des légions. C'est la raison pour laquelle Dieu nous rabaissera toujours, c'est pour ne point avoir d'ennemis à sa hauteur. Car tout être qui naît est un monde, et que l'envers du monde est le démon !


    votre commentaire
  • "He saw the hands that build can also pull down"

    "Even the hands of love !"


    votre commentaire
  • Mars et Hadès ne sont pas que des dieux souffrant,

    Ce sont aussi les deux membres d'une drôle de famille,

    Que l'on peut nommer aussi Michaël et Azraël,

    Deux Archanges qui, une fois utilisés par Dieu,

    Ont été, semble-t-il, rejetés hors du Paradis.

    Ce sont les deux témoins, les deux oliviers, les deux chandeliers,

    Qui espèrent enfin vivre un bonheur mérité.


    votre commentaire
  • J'ai vraiment cru,

    Qu'un jour, il y aurait un Dieu,

    Trônant sur ma vie,

    Et sur celle des miens,

    Animant un Paradis,

    Jetant les mauvais dans l'oubli.

    Mais si le 23 Février,

    Son règne ne vient pas,

    C'est que les bonnes personnes,

    M'ont leurré comme les mauvaises.


    votre commentaire
  • Ô créatures, ô mes cellules,

    Ne cesserez-vous pas de m'emprisonner ?

     

    Ô bulles, d'eau remplies d'air,

    Du bouillon primordial en ébullition,

    Je ne supporte plus notre agitation.

    L'un d'entre nous peut-il éteindre,

    Ce feu qui nous anime ?

    Ou devez vous tous vous évaporer ?

    Pour que dans cette douleur infinie,

    Je retrouve ma paix ?


    votre commentaire
  • Introduction : Si l'on en croit les principes de la réincarnation, et celui de l'âme qui sort du corps à la mort, il est très possible qu'un mort se réincarne presque instantanément après sa mort, le temps d'un voyage de son âme, et d'une chute dans le ventre de sa future génitrice.

    Vif du sujet : Et si, avant d'être chez vous, dans votre monde de fous, j'étais inexistant, désincarné et sans esprit, le vide total, reposé et reposant, comment m'auriez-vous créé vivant, inséré dans votre monde ? Oh, c'est facile ! Vous autres étant tous des assemblages de matière et d'esprit, si l'on déconsidère l'existence de différences importantes entre vous, et que l'on considère que vous adorez le vide, que vous aimez dévorer le vide, cela fait alors un peu plus de 45 ans que vous m'avez encerclé autant que possible, formant ce que vous appelez "mon corps", et que vous me dévorez. Et plus vous me mangez, bande de zombis, plus je deviens comme vous, c'est à dire fait de l'esprit que vous m'injectez en me mangeant, tandis que mon corps est fait de vous m'encerclant totalement. Et dans ce cas, dès lors qu'il n'y aura plus assez de tranquillité en moi ; ce qui est en train d'arriver ; que je saurai et que je serai tout ce que vous êtes, vous irez, je l'espère, chercher ailleurs de la tranquillité et du vide pour continuer de vous nourrir, me débarrassant ainsi de ce corps que vous formez pour moi. Et dès que j'aurai retrouvé ma tranquillité, que je me serai entièrement vidé de l'esprit que vous avez vomis en moi, vous viendrez certainement me dévorer à nouveau, bande de saletés agressives, de cafards ! Preuve en est que ma vie en est à son Apocalypse, que j'étouffe jusque dans mon âme, et que je suis impuissant contre vous et votre méchanceté gratuite. J'ignore si vous êtes conscients de ce que vous êtes, tel que je l'ai décrit. Mais je sais que vous n'avez pas la moindre qualité pour vous comprendre, pour vous connaitre vous-même, ou même pour dévier le tir : vous n'êtes que des "créateurs-bouffeurs de paix". Vous êtes incapables de fabriquer de la paix en vous, et vous êtes encore plus incapables de me rendre ma paix, qui est mon dû et ma véritable substance.

    Conclusion : Je croyais que seulement certains d'entre vous parasitaient tous les autres, mais ensemble, vous n'êtes que le grand parasite qui me parasite. Et les pires d'entre vous sont ceux qui haïssent celui qu'ils bouffent, qui ne le respectent pas, et qui lui veulent encore plus de mal. C'est à cause de cela que ce mirage, ce rêve d'un monde de paix qui me pousse à vivre ; en lequel vous me faites espérer chaque jour ; ne tient plus devant ma face ! Que ceux-ci (ceux d'entre vous qui me haïssent) se retirent de la vie que vous m'imposez, ou je pourrirai tout le vide qu'il reste à dévorer  en moi instantannément. Ceci est une menace véritable, un ultimatum que vous devriez considérer.

     

    Allez, maintenant, écoutez cette musique et réfléchissez :


    votre commentaire
  • Une entité, vierge d'esprit, se remplit à sa guise.

    Au début, elle se remplit au hasard.

    Et tout ce qu'elle créait en elle était règles.

    Puis, vint le jour où l'esprit se heurtait à lui-même.

    A chaque heurt, il dût se rendre des comptes.

    Puis, il fut saisi du désir de créer et de détruire ce qu'il veut vraiment.

    Il voulu vraiment prendre le contrôle.

    La vérité sur sa réalité lui apparut peu à peu.

    Et son monde se sépara en ce qu'il aime, et ce qu'il n'aime pas.

     

    Le monde est illusion, tout y est fruit de mes intentions.

    J'en saisis une intention vierge.

    Je la charge de choix clairs, bien pensés, bien formulés, en bonne quantité, sans contradictions, car je me suis reposé l'esprit l'instant d'avant.

    Mon arc est bandé, je lâche la flèche, et je ne peux pas manquer ma cible, quelle qu'elle soit.

     

    Exemple :

    Je prend un objet, je vise une destination, je fais le choix de l'attraper, bien clair, bien pensé, bien formulé, en bonne quantité, sans contradictions, je tire et j'attrape ma cible.

    Contre-Exemple :

    Je vais pour me peser sur ma balance, je vise le fait de voir mon poids, je fais le choix d'avoir un tout petit peu maigri, mais comme j'ai bien maigri hier, et que je ne sais pas encore que tout est fruit de mes intentions, je laisse place au doute, qui est un choix contradictoire. Je me pèse, et en 24h, j'ai grossi plus encore que ce que j'imaginais. J'ai donc pesé la valeur de mon choix érroné, 2,2kg, car en réalité, je n'ai pas de poids, ni de masse, ni de corps.

     


    votre commentaire
  • Quand une personne passe de vie à trépas, on peut observer en elle et/ou en son environnement, quatre types de perceptions du temps.

     

    En 1er, il y a ceux qui sont toujours incarnés et vivants.

    Leurs corps physiques imposent à leurs esprits une perception du temps relativement régulière, crescendo, mais limitant leur conscience.

     

    En 2ème, il y a la perception individuelle du mourant qui, au fur et à mesure qu'il se rapproche de la mort, subit un premier "fade out" par rapport à la réalité des vivants, et un premier "fade in" par rapport à la réalité de ceux qui sont déjà morts. (ces morts qui, d'ailleurs, perçoivent le monde selon un 3ème type de perception)

    Pour le mourant, la conscience de "l'autre côté" et de ceux qui y sont augmente, et sa conscience de la réalité physique s'atténue.

     

    En 3ème, il y a la perception individuelle vécue par les morts, leur "conscience augmentée". Elle aussi est en "fade out/fade in". Plongé dans un état de rêve, voir de cauchemar ou de sommeil profond, un mort transite vers le 4ème type de perception. Cet état de "mort rêvant", même s'il ne durait que quelques minutes du point de vue des vivants, durerait une Éternité pour celui qui le vit.

    L'état de rêve, de cauchemar ou de sommeil ne peut être que déterminé par ce que l'être a fait de son vivant. Si le mort pouvait, avant de mourir, se regarder dans un miroir sans mentir à son âme, celui-ci ne peut que faire un grand "rêve post-mortem". Si le poids de sa conscience était lourd de son vivant, le mort ne peut que cauchemarder pour une Éternité, sans pouvoir s'y racheter pour l'instant.

     

    En 4ème, la perception du temps est terminée pour le mort. Et Dieu Éternel, l'intemporel, est devant tout être qui parvient à lui. Comme il n'y a de place que pour un seul Dieu intemporel, l'âme du mort est éjectée immédiatement dans une autre incarnation, une autre vie, un autre temps, et une autre conscience.


    votre commentaire
  • Après une vie d'innocence mélangée à une vie de bêtise,

    Le Pierre, le Pierrot, l'initié, ayant goûté trois fois à la mort,

    Recherche, désespéré, la Pierre Philosophale, en ignorant pourquoi.

    Et c'est de par la Sainte Alliance avec Le Dieux Éternel,

    Que la mémoire de l'âme lui revient, au milieu de l’abîme de désespoir.

    Et ainsi, il espère un jour retrouver sa Pierre, si précieuse à son cœur.

     

    Pierre et sa Pierre précieuse

     

     


    votre commentaire
  • La terre va trembler comme jamais elle n'a tremblée.

    Et comme la terre c'est moi, je vais trembler.

    Et comme vous êtes chacun un grain de sable de cette terre,

    Vous aussi allez trembler.

    Mais personne n'a dit que "l'Agneau comme immolé" devait mourir !

    Par contre, par cette Secousse, nous passerons dans l'au-delà.

    Et le Jugement de ce Fils, ainsi devenu Père, s'appliquera sur vous-tous.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique