• Le Diable nous cache souvent Dieu impunément comme les nuages cachent le soleil.

    Et à chacun sa météo !

    Parfois, c'est donc le Diable qui devient Tout-Puissant, et nos prières deviennent de véritables danses pour faire partie la pluie.

     

    Tout ce système peut être vu comme une horloge au mouvement déterminé.

    Mais il peut être vu aussi comme la combinaison d'une infinité de choix, de vœux, de prières,  qui mènent à quelque chose de déterminé, même si ce déterminisme évolue le long du temps, au rythme des choix des échelles inférieures à l'univers.

     

    Quand je suis en colère contre le Diable, je l'appelle le Dieuble.

    Car le Diable et Dieu peuvent être perçus comme ne faisant qu'Un.

    Ce Dieuble pourrait être perçu comme l'équilibre du Tao.

    Et le déséquilibre, son penchant alternatif pour le Yin ou Yang, peut être perçu comme le Dieuble devenant plutôt Dieu Tout-Puissant, ou le Diable Tout-Puissant.

     

    Y a t-il une autre solution que de mourir pour échapper au dualisme ?

    Et mourir, n'est ce pas déterminer de quel côté du dualisme on va tomber ?


    votre commentaire
  • La mâle et la femelle

    Tu veux un dessin ?

    Dieu, c'est le féminin, c'est la L.O.I contre laquelle on est écrasé.

    Et le Diable, c'est le masculin, c'est celui qui nous broie en Dieu.

    Nous, nous sommes ce qui est broyé entre les deux.

    Mais nous en rendre compte ne nous rend pas plus heureux.

    Au contraire, il faudrait être inconscients de ça.

    Et être heureux de se servir soi, pour servir son prochain.

     

    Dieu et le Diable sont masculins, solides, d'un autre point de vue.

    Tandis que nous sommes féminins, faciles à broyer.


    votre commentaire
  • Le monde est corrompu, tout le monde s'en rend compte.

    Le monde doit-il changer ? Oui, mais par contre, nous sommes tous pareils !

    Il ne faut pas changer les gens mais la mentalité mondiale.

    Se changer soi-même ne suffira jamais.

    Changer les autres n'amène qu'à la guerre.

     

    Le problème, c'est notre esprit critique.

    Il nous rend trop conscients de tout.

    Nous voyons le mal dans le moindre détail.

    Et comme nous le voyons tous ensemble, c'est l'escalade dans nos têtes.

    Et nous nous affrontons jusqu'à nous asphyxier les uns les autres pour nos idées.

     

    Les gens ne souffraient pas autant, avant, malgré la grande misère.

    Internet, la surconscience, le savoir, la Gnose, la technologie, là est le problème.

    Vivement le prochain cataclysme.

    Les survivants trouveront l'apaisement, si tout va bien, dans la régression.


    votre commentaire
  • L'Amour, avant d'être une émotion, est une impulsion instinctive égoïste.

    Si l'on est privé d'émotions, on n'aime plus, mais l'on reste possessif envers les nôtres.

    Mais dès que l'on est privé d'égoïsme jusqu'au fond du reptile en soi, on n'aime plus rien car on voit l'autre comme autre chose que soi.

    C'est une forme de xénophobie extrême.

    Mais dans ce cas, on en arrive à haïr tout ce qui nous entoure l'esprit, depuis notre corps jusqu'au monde.

     

    Donc, pour être sociable, il faut être altruiste.

    Et pour être altruiste, il faut d'abord être égoïste.

     

    On pourrait comparer l'amour reptilien au sens du goût, qui ne reconnait que quatre nuances, qui sont le sucré, le salé, l'amer et l'acide.

    Et ensuite, l'amour émotif est comparable au sens de l'odorat, car le parfum des aliments donne une palette infinie de subtilités à ce que l'on mange.

     

     

    Le fond de moi semble mourir pour mieux ressusciter. Alchimie.

    Soit mon corps mourra, emportant ce monde ailleurs, dans un autre ordre, dans une autre vie, soit seul mon cerveau est sous l'effet de l'Alchimie.

    Auquel cas, mon cerveau reptilien va renaître, avec le Diable en moi enchaîné, avec des émotions neuves et pures, et une raison adulte, proportionnelle à mon Q.I d'environs 140, que j'avais avant ma schizophrénie.

    J'attend, et je n'espère en rien.

    Seul mon corps, "la pompe", désire encore que je vive, et me fait entrevoir toutes les possibilités.

    Mais mon esprit, pour l'instant peut-être, ne s'appartient plus qu'à lui-même.

     


    votre commentaire
  • Quand la vie devient un cauchemar, mais que l'on y remarque de nombreuses anomalies, coïncidences et synchronicités, on peut alors se demander si la réalité est vraiment aussi matérielle qu'elle y parait.

    C'est là que l'on peut se dire que l'on vit dans un monde fait d'Esprit, Esprit qui rêve et cauchemarde.

    On peut alors remettre en cause l'idée que le monde matériel est solide, rigide, et tangible.

    On peut imaginer que le monde est la simulation d'un moteur physique logiciel.

    Auquel cas, le matérialisme pourrait être partiellement dans l'erreur.

     

    Et étant donné que ce monde est plus difficile à améliorer pour les gens qu'à laisser dans le chaos, on peut imaginer que certains textes religieux et moraux n'ont pour but que de nous motiver à faire de ce monde un monde meilleur.

    Mais ceci ne certifie pas qu'il y ait un Paradis ou un Enfer dans un au-delà, ce qui laisse le spiritualisme partiellement dans le flou aussi, même si dans nos vies s'alternent parfois des moments de Paradis ou d'Enfer, au sens propre.

     

    Mais au fond, la vérité, c'est que toute vérité est vraie si elle est placée dans son contexte.

    L'univers, par exemple, vu hors du temps, est Un.

    Il est grand ou petit selon l'échelle relative à laquelle on l'observe.

    Et tout ce qui le compose n'est présent et n'existe que si l'on change de point de vue.

    Car du point de vue temporel, et à des échelles en dessous, on peut voir en l'univers une infinité de composantes.

    Un atome aussi peut être petit ou grand, tout dépend à quoi on le compare.


    votre commentaire
  • Dieu est la science.

    La science, c'est un ensemble de règles, de lois, immuables.

    Nous passons notre temps à interagir avec, à rebondir sur ces lois.

    Nous ne pouvons pas les transpercer, au mieux les contourner.

    Du point de vue de Dieu, elles ont toujours l'effet escompté.

     

    En bref, Dieu est un puissant miroir.

    Et son Nom, qui peut être YHWH, Jésus, ou la Vie, est notre reflet dedans.

    La Vie est donc le reflet des vivants dans les règles qui régissent l'univers.

     

    Prier est strictement nécessaire, et peut se faire de manière inconsciente.

    Prier, c'est refléter nos désirs dans le miroir.

    Et nos désirs se heurtent aux lois du miroir.

    Nos désirs nous reviennent, donc, avec un effet sur notre vie.

     

    Nous ne sommes pas Dieu, car nous ne sommes pas les lois de la science.

    Nous n'incluons pas la science, c'est elle qui nous inclue et nous reflète.

     

    Si nous nous cachons au miroir, nous ne nous voyons plus.

    Si nous ne nous voyons plus, nous sommes en dehors de la loi.

    Si nous le faisons volontairement, c'est plus grave, nous sommes hors-la-loi.

    Car si nous avons fauté grave, nous ne voulons plus nous regarder dans le miroir.

     

    C'est un peu la métaphore des vampires.

    Ceux-ci n'ont aucun reflet dans le miroir.

    Et comme on le sait, Vlad Tepes est devenu Dracula en reniant Dieu.

    Et en empalant de nombreuses personnes.

     

    Le hors-la-loi détruit le monde.

    Car se priver de Dieu, c'est se priver d'yeux pour voir, comprendre, respecter.

     

    Ne laissez plus les menteurs ni les égarés vous priver de croire en Dieu.

    Ne laissez plus les menteurs ni les égarés vous priver de comprendre Dieu.

    Ne laissez plus les menteurs ni les égarés vous priver de prière.

    Car les hors-la-loi ne souhaitent que vous cacher la face de Dieu.

    Ils ne veulent que vous cacher sa lumière, et vous plonger dans les ténèbres.

    Ils veulent tout détruire, et ils sont le corps du Diable.

    Le Diable les anime.

    L'inconscience et la bêtise les anime.

     

    On appelle certains menteurs du nom d'illuminés, mais à tort.

    Ils sont illuminés de la connaissance du miroir, mais ils s'en sont écartés.

    Ce sont eux, l'Antéchrist.

    Les vrais illuminés vous illumineront de la connaissance de Dieu.

    Ils vous apprendront à vivre dans les meilleure conditions pour tous.

    Ce sont eux les plus proches du Christ.

     

    Je ne mens pas !

    Car si tout le monde chute dans les ténèbres, c'est la folie et la mort.

    A notre époque de ténèbres, ce sont ces vampires qui détiennent le pouvoir.

    ("Dracul" signifie le Dragon ou le Démon.)

     

     

    Ils ont détourné notre foi pour augmenter leur pouvoir.

    Ils ont augmenté ainsi le pouvoir du Diable.

    Et la folie est partout autour de nous.

     

    La folie, c'est la grande mort.

    La folie, c'est mourir Éternellement.

    Mais que l'on se rassure, car être malade des nerfs, ce n'est pas forcément de la folie.

    On peut souffrir des nerfs sans perdre Dieu de vue.

    On peut souffrir des nerfs en s'accrochant à Dieu pour s'élever hors de la folie.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Palier 5 : L'univers

    A l'échelle de l'univers, tout est totalement figé.

    Tout est espace et il n'y a pas de temps.

     

    Palier 4 : Les planètes

    A l'échelle des planètes, on se croirait dans une horloge Suisse, aux mécanismes parfaits, dans un mouvement à priori prévisible. Toute ce système de rouages est totalement interactif.

     

    Palier 3 : Les êtres-vivants

    A cette échelle, on est déjà dans une sorte d'horloge dont les rouages ont du jeu. Leurs mouvements irréguliers sont moins interactifs.

     

    Palier 2 : Les atomes

    Voici qu'à cette échelle, des particules sont capables de voyager dans le temps.

    Elles changent donc le cours du temps. Hors, influer sur le cours du temps, c'est choisir, c'est ne pas obéir aux lois immuables.

     

    Parenthèse :

    Prier, c'est demander à Dieu (qui est Elohim, ou Allah) d'influer sur le cours des événements en Son Nom, qui est YHWH.

    YHWH est le Nom de Dieu, et il est aussi et surtout Sa Création et Son trône.

     

    Prier, c'est donc demander à Elohim d'agir sur YHWH pour nous donner plus de choix.

    Dieu a tout pouvoir sur YHWH, même si Dieu est immuable.

    Prier, c'est donc invoquer le Dieu immuable, pour agir sur sa Création, qui n'est pas immuable, en notre faveur et selon nos souhaits.

     

    YHWH étant l'Esprit, et l'Esprit étant aimé des spiritualistes, on se rend compte que l'on se rapproche de Lui en descendant vers l'échelle du microcosme.

    A l'inverse, plus on s'élève vers l'échelle du macrocosme, plus on se rapproche de la matière et du matérialisme, du monde Déterminé de Spinoza, de Dieu, d'Allah, d'Elohim.

    La matière étant immuable et intemporelle, Dieu est fait de la matière la plus solide, puisqu'il est exempt de temps. Tandis que YHWH est fait de l'Esprit le plus mouvementé qui soit, rempli d'une infinité de choix et de possibilités.

    On peut s'en référer à la Table d'émeraude d'Hermès Trismégiste, pour comprendre comment "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas".

    On peut aussi parler de Charybde et Scylla.

     

     

    Palier 1 : L'Esprit de l'univers

    A cette échelle, il n'y a plus aucun mécanisme, et les règles immuables de l'univers sont totalement agitées, imprévisibles.

    Tout est temps, et il n'y a pas d'espace.

     

     

    Conclusion :

    Depuis longtemps, je dis que mon Dieu est La Vie. Ce n'est pas pour rien. C'est parce que je suis un spiritualiste. C'est parce que je crois en Dieu, mais que mon Dieu n'est pas le Destin. Le Dieu en lequel je crois est Elohim YHWH, car il est La Vie, Le Vivant, et la Loi qui l'anime. (l'âme, l'anima)

    Ce que je veux dire par là, c'est que je crois aux règles immuables qui régissent l'univers, mais que j'ai foi en le fait d'avoir parfois le choix.

    Croire en Dieu et pas en YHWH, c'est se soumettre à des règles immuables dont on ignore tout : c'est renoncer à l'interactivité avec le choix des autres, c'est renoncer à la vie et au choix.

    Croire en YHWH et pas en Dieu, c'est vouloir changer le monde à sa guise dans l'irrespect total des règles immuables, et dans l'irrespect total de la volonté des autres. C'est être égoïste, au point de pouvoir en arriver à vouloir s'approprier la vie et le choix.

    Entre les deux se trouve YHWH Elohim, et c'est l’Équilibre.

     

    Dieu, c'est notre Loi à tous. YHWH, c'est nous tous.

    Je veux respecter Dieu tant qu'il respecte YHWH.

    Je veux me respecter moi pour pouvoir aider les autres.

    Je veux prendre le temps de vivre, de perfectionner le monde.

    Je veux invoquer Dieu pour nous élever et nous corriger, pas pour nous punir.


    votre commentaire
  • A quoi pensaient les premiers hommes ?

    Sûrement pas à Dieu, ni à la science.

    L'homme était un animal comme les autres.

    Mais contrairement à la majorité des animaux, l'homme prend conscience qu'il a des mains.

    De ses mains naît une science minimaliste, qui va lui permettre de se placer petit à petit au dessus dans le règne animal.

     

    Très vite, l'homme devient un prédateur pour l'homme.

    La guerre existe déjà, maintenant, à petite échelle.

    Il faut alors élever au dessus de l'homme un modèle.

    On élève alors les forces de la nature en tant que dieux.

     

    Certains perçoivent ces dieux de manière émotive.

    Ils deviendront de manière imagée des moutons (suiveurs), des spiritualistes.

    D'autres regardent ces dieux en face de par leur raison.

    Ils deviendront de manière imagée des boucs (libertaires), des matérialistes.

    La dualité est née.

     

    Et comme ces dieux ne suffisent pas pour calmer la guerre, on en arrive à créer l'image humaine des dieux : les rois.

     

    Il y a quelques millénaires, la religion fait un grand pas en avant avec Israël.

    Le monothéisme naît.

    L'homme ne le sait pas forcément encore, mais il est régi par une force qui orchestre toutes les forces de la nature.

    Cette force est plus puissante que la morale.

     

    Les spiritualistes la percevront de plus en plus comme le Dieu unique.

    Les matérialistes en arriveront à la voir comme le Chaos qui régit l'univers.

     

    De là sont nées dans le Coran les notions de croyance et de mécréance.

    Mais on peut très bien être croyant et matérialiste, ou mécréant et spiritualiste.

    Ce qui veut dire que le problème qui se pose n'est pas au niveau de la croyance.

    C'est un problème de soumission innée à la matière ou à l'esprit.

    On ne peut pas convertir un matérialiste en spiritualiste, car il penche vers la voie de la raison plus que celle du cœur.

    On ne peut pas convertir un spiritualiste en matérialiste, car il penche vers la voie du cœur plus que celle de la raison.

     

    Un croyant matérialiste reste matérialiste, avec tout ce qui en découle.

    Un mécréant spiritualiste reste spiritualiste, avec tout ce qui en découle.

     

    Donc, nous sommes actuellement dans une époque appelée l'âge de raison.

    Nous sommes à une époque où le matérialisme fait perdre la foi au gens.

    Il y a moins de croyants, mais pas moins de spiritualistes pour autant.

    Les croyants se désintéressent de Dieu, et l'effet bénéfique de la prière est perdu.

    A la place, c'est la science qui a pris le dessus.

    Les scientifiques, ces nouveaux sorciers, font des petits miracles.

    Et leurs aînés, les Francs-Maçons, vont même jusqu'à plonger leur vue dans l’œil de la providence.

    Cet œil, c'est Dieu lui-même, mais du point de vue de la raison.

    Cet œil, c'est la source de science.

    Et quand on regarde dans cet œil, on voit ce que voit Dieu, sans besoin de croire en son existence.

     

    Et voilà que la dualité est domptée, mais elle ne peut pas l'être pour tout le monde.

    Les spiritualistes ne peuvent pas être convertis en matérialistes.

    Et donc, ceux-ci sont lésés, dans le monde actuel, n'ayant pas le même accès à la science.

    Ce qui engendre des conflits jusque dans le fond des cœurs.

     

    Quelles sont les issues possibles pour tous ?

    • Soit on va jusqu'au bout du matérialisme, et cela sera l'éradication du spiritualisme. Auquel cas, les matérialistes deviendront immortels, mais comme ils ne seront plus refrénés dans leurs actes, ils finiront par buter contre un mur de constantes physiques, qui les détruiront. Ils trouveront toutes les limite et ils s'y heurteront, sans rien pouvoir y faire.
    • Soit les matérialistes éliminent les spiritualistes, ainsi que les lois de la science. Auquel cas, toute l'existence sera désintégrée.
    • Soit les matérialistes, en touchant aux premières limites de la science, finiront par devoir attendre la remontée fulgurante de la foi dans les cœurs des spiritualistes, dont les prières deviendront d'une efficacité hors pair. Auquel cas, l'âge de raison peut devenir un âge d'équilibre, de paix, de collaboration, de foi et de compréhension. Mais il peut devenir aussi un âge où la visse est de plus en plus serrée, d'abord pour les matérialistes, puis de plus en plus pour les spiritualistes, à force de connaitre le Dieu qui les porte jusqu'au zénith de la foi.

     


    votre commentaire
  • Dieu able (Diable : "God is able to")

    Dieu does (Judas : "God does")


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique