• Encercler (enfin) l'infini

     

    La Table d’émeraude d’Hermès Trismégiste, père des Philosophes (traduction de l’Hortulain)

    « Il est vrai, sans mensonge, certain, & très véritable : Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d'une seule chose. Et comme toutes les choses ont été, & sont venues d’un, par la médiation d’un : ainsi toutes les choses ont été nées de cette chose unique, par adaptation. Le soleil en est le père, la lune est sa mère, le vent l’a porté dans son ventre ; la Terre est sa nourrice. Le père de tout le telesme de tout le monde est ici. Sa force ou puissance est entière, si elle est convertie en terre. Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l’épais doucement, avec grande industrie. Il monte de la terre au ciel, et derechef il descend en terre, & il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; et pour cela toute obscurité s’enfuira de toi. C'est la force forte de toute force : car elle vaincra toute chose subtile, et pénétrera toute chose solide. Ainsi le monde a été créé. De ceci seront & sortiront d'admirables adaptations, desquelles le moyen en est ici. C’est pourquoi j'ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie de tout le monde. Ce que j’ai dit de l'opération du Soleil est accompli, et parachevé. »

     

    Ma synthèse

    « Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d'une seule chose »

     

    On voit le point de départ en l'unité, et l'on ne trouve pas le point d'arrivée en l'infini, puisqu'on ne peut l'atteindre.

    Puis, l'on commence à soupçonner le zéro d'être plus puissant que l'infini, sans pouvoir le prouver.

    Enfin, on comprend qu'il faut tourner le symbole de l'infini, et ainsi obtenir le chiffre huit, pour avoir un début de solution.

    Car le huit est le trône de Dieu :

    Dieu crée le monde en six jours, se repose le septième, et forcément, règne dessus le huitième.

     

    Ce qui est en haut du huit est comme (ç-à-d ressemble à) ce qui est en bas du huit.

    L'esprit est comme la matière. (... et le corps de chacun est fait de matière)

    L'un se reflète dans l'autre.

    Et l'autre renvoie le reflet en mouvement de l'un.

    L'un planifie, et l'autre réalise.

     

    Et pour faire les miracles d'une seule chose, l'esprit et le corps ne doivent faire plus qu'un.

    Le symbole du huit devient le symbole du double zéro, deux zéros superposés.

    Ce double zéro unifié devenant alors la fin enfin atteignable.

    C'est un cercle formé de deux anneaux.

    C'est lui qui était aussi au commencement, et non pas le zéro seul, et encore moins le chiffre un.

    Ce double anneau est l'Alpha et l’Oméga.

     

    Et ce qui lie ces deux anneaux est le centre du huit, ce petit grain de sable négligeable.

    Ce Fils d'Homme situé entre les Cieux Spirituels et les Enfers Matériels.

    En faisant du Ciel et des Enfers une seule chose, il devient Homme à part entière.

    Et il peut enfin réaliser des miracles, par la planification et l'action.

    « MetaforteLa fausse vitrine »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :