• Dieu, limites et changements

    Pour s'incarner, Dieu réfléchit donc ce qu'il est ; le Choix ; dans le miroir immuable du Chaos, présent alors sous sa forme Ordonnée, "miroir" nommé Plan de Dieu.

    C'est de ce Plan que découle le monde terrestre comme il est fait, avec son lot de malheurs qui ne cesse de grandir.

    Peut-être que l'effet de ce Plan sur une autre terre est parfait ?

    Mais sur ma terre, l'horreur est omniprésente et grandissante.

     

    La solution serait peut-être de devenir nous-mêmes, si possible, un ordre capable de ne plus nous servir de l'Ordre de Dieu comment référence ?

    Mais, c'est sûr, nous serions incapables de trouver un autre référent immuable que le Plan de Dieu dans l'univers.

    Comment s'inventer des repères fiables et vivants ? Là est la première question ?

    Et si l'on s'inventait des repères fiables et vivants, qui nous facilitaient la vie, pourraient-il au moins être partagés ?

    Je veux dire par là : Y a-t-il au moins un homme sur cette terre capable d'être autre chose que "serviteur du Plan de Dieu" ou "ennemi du Plan de Dieu" ?

    Car qui serait prêt à accepter d'apprendre à ignorer la volonté du Père pour mieux faire partie du corps du 3ème Fils, qui se devrait de posséder sa volonté propre ?

    Qui voudrait ne faire partie ni d'un Fils suicidaire, ni d'un Fils rebelle, donc ni du  Christ, ni de l'Antéchrist ?

    Qui veut la Paix ? Qui veut l'Amour et le bien-être ?

    Qui est prêt à sacrifier sa Foi religieuse et son orgueil politique à la recherche d'une manière de penser autonome du Plan de Dieu ?

    Qui est prêt à accepter que l'on ne déplace plus les murs de nos limites ni selon l'Ordre, ni selon le Chaos, mais selon une nouvelle Morale, vivante, qui se doit d'être réinventée par rapport à celle que l'on connait, pour rendre heureux la plus grande majorité d'entre nous ?

     

    Si nos choix n'avaient plus pour référent le Plan de Dieu, qu'ils n'étaient ni pour ni contre Dieu, nous serions enfin libres de choisir vraiment à quoi ressemblerait notre prison.

    Nous choisirions où seraient les pleins et où seraient les vides.

    Le but n'étant plus d'avoir un espace maximal ou minimal, mais bien d'avoir un espace où l'on se sent presque tous bien.

    Au revoir le Dieu Liberticide, et le Diable Libertaire, et bonjour la Liberté de faire les choses bien pour le plus grand nombre !

     

    Cela implique, bien entendu, d'être capables de penser par nous-même, et toujours en faveur de notre communauté.

    De ne plus être égoïstes, et de ne plus être altruistes, mais de vivre pour la communauté.

    Quand un membre de la communauté souffre, un autre membre doit l'aider !

    Quand un membre de la communauté trahis la communauté, il est invité à voir s'il veut vraiment toujours en faire partie.

    Il est libre de s'émanciper d'elle.

     

    La nouvelle Morale se doit de ne pas être interprétable, et de voir ses textes épurés autant que possible.

    Trois mots et une virgule doivent suffirent à faire une phrase.

    Et ceux-ci doivent être tels "le langage assembleur de l'homme".

    C'est à dire une manière de s'exprimer que l'homme comprend instantanément, parce que ce langage est le plus prêt de ce que nous sommes au fond de nous.

    Et toute la nouvelle Morale ne peut être remise en cause que pour être améliorée pour toute la communauté.

     

    Bien entendu, aucune religion ni politique ne doit remplacer la nouvelle Morale mise en place, sinon, une telle communauté deviendrait une secte.

    Car si des malins prenaient plus de pouvoir que les autres dans ce système, il est clair que nous serions encore dans le Plan de Dieu, sans forcément nous en rendre compte, et que nous deviendrions alors une secte, un communauté dont la tête se dévore le cœur.

     

    Enfin, si un tel système finit par exister, nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-même si nous le laissons échouer.

    A nous de savoir si nous voulons êtres une humanité adulte et responsable, ou rester dans les jupes de Dieu ou du Diable.

     

    Il ne fait aucun doute que même Pi et Phi peuvent être bouleversés pour, une fois être vus sous un autre angle, nous être beaucoup plus profitables qu'ils ne le sont actuellement.

     

    Je te le dis, humanité, je ne crois pas en toi, et j'attend ma mort (si tant est qu'elle existe), mais je te donne quand même la clé de la réussite.

    Fais-en ce que tu veux !

    « Pauvres de nousLes voies de l'homme »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :