• Des jets de dés, faussés

    Dieu lance les dés au début de chacune de nos vies.

    Ils les scrute à chaque rebond, et s'amuse à imaginer le résultat final.

    Très vite, pour lui en tout cas, le dé qu'il observe sur le moment s'arrête.

    Il peut alors constater avec plaisir qu'il a encore deviné le résultat.

     

    En théorie, la moitié de ces résultats augmentent en conscience, et finissent illuminé, dans le lac de feu et de souffre.

    L'autre moitié perd conscience, et voit alors plus de bonheur, alors que le monde n'a pas changé.

     

    Je vois cela, j'essaye de servir le Seigneur quand même.

    Mais comme toute personne qui brûle de plus en plus,

    La critique sort de ma bouche, et dépasse ce que je dois dire.

    Le dé de ma culpabilité envers le Seigneur continue de rouler.

     

    On a beau vouloir faire le bien, le hasard fait de nous des mauvais.

     

    J'accuse !

    J'accuse les adeptes de l'Ethique de Spinoza !

    Je les accuse d'avoir dévié mon dé, à de multiples reprises !

    Car ils empêchent le hasard de se dérouler correctement !

    Pour tenter de se donner un Destin valable à eux-même !

     

    Dieu a-t-il vu quelque chose ?

    Je suis presque sûr qu'Il préfère regarder les effets plutôt que les causes.

    Même si les effets semblent faussés, il ne semble plus juger aucune cause.

     

    Si Dieu est comme Il le veut, au moins, qu'Il change ma vie :

    Qu'il ne fasse pas de moi le témoin d'une telle injustice pro-Maçonnique.

    Qu'il m'ôte définitivement une vie dans laquelle je ne peux pas me reconnaître.

    Qu'il cesse de jeter mon dé !

     

    Mais le dé s'arrête, et une fois stoppé, il me semble qu'il se relance lui-même.

    Dieu est-t-il l'homme sans le savoir ? L'homme est-t-il Dieu sans le savoir ?

    Les potes à Spinoza savent de quoi il en retord, et ils en profitent contre nous.

     

    La seule solution pourrait sembler être le bain de sang, mais cela n'a jamais mené à rien, et ne mènera jamais à rien.

    Il faudrait un coup de pouce du Destin.

    Il faudrait que les Maçons-Malfaiteurs se foudroient eux-même au hasard.

    Pour que notre colère nous donne le pouvoir de les renverser du trône de Dieu.

    Que le règne des hommes justes arrive, car le mal a dépassé toutes les bornes !

     

    « L'espoir fait vivre, le réel fait mourirViens au delà de Dieu (si tu peux) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :