• Amitié et malchance

    Il est bon d'avoir des amis.

    Cela permet d'échanger, de partager, de vivre en société.

     

    Mais là aussi, la malchance peut frapper.

    Car si l'on peut découvrir chez ses amis des qualités qui font qu'on les aime, on peut leur découvrir des défauts qui peuvent être plus ou moins importants.

     

    Que faire à ce moment là ?

     

    Quand on est enfant ou adolescent, l'important est de ne pas tomber dans certains pièges, mais cela n'est pas gagné.

    Mais quand on est adulte, c'est à nous d'avoir la tête sur les épaules.

    C'est à nous de différencier consciemment quel défaut vient de l'autre ou de soi.

    C'est à nous de voir ce qui est tolérable chez l'autre.

    C'est à nous de voir ce qui peut nous mettre vraiment en danger chez l'autre.

    Et si un ami est dangereux, on est pas obligé de le garder.

    Mais si le danger est dans notre tête à nous, il faut le découvrir.

    Parce que si l'on psychote, que l'on juge ses amis pour des défauts qu'ils n'ont pas, on peut les perdre, ou avoir envie des les fuir, injustement.

     

    Ce qui est terrible, c'est que nos amis, durant notre jeunesse, partagent avec nous leurs qualités comme leurs défauts.

    Et si l'on a une personnalité effacée, alors on se laisse contaminer par les défauts.

     

    Ce n'est que plus tard qu'on réalise lesquels nous ont fait du bien ou du mal, voir les deux.

     

    Mais si l'on ne regarde pas quel mal provient de soi, si l'on psychote à cause de ce que l'on a souffert, on ne peut pas savoir qui est un ami et qui ne l'est pas.

     

    Il ne faut pas être trop dur avec ceux qui nous ont fait du tort quand on était jeunes, car eux-même étaient jeunes, et que le mal contamine toujours les gens les plus influençables, jusqu'à nous atteindre.

     

    Il y a donc des responsabilités que l'on ne peut imputer à personne.

    Il faut savoir, dans ce cas, pardonner aux autres et à soi, au lieu de jouer les coupeurs de têtes.

     

    Dans mon cas, même si je réalise pas mal de choses maintenant, le traumatisme est suffisamment grand pour que j'ai peur d'avoir des amis, même si cela serait un bienfait pour moi.

    "Chat échaudé craint l'eau froide !", comme dit le proverbe.

     

    J'espère me mettre en paix avec les gens.

    Mais il est dur d'accepter de sortir dehors quand on sait que l'on peut encore et toujours rencontrer des gens qui semblent aimer nuire.

    Car on peut aller n'importe où dans le monde, il y aura toujours des criminels qui nous entourent, impunis, et en nombre inépuisable.

    Si pour les croyants "Dieu est Grand", pour moi, c'est la Bêtise humaine qui est la plus grande.

    Là est ma pire hantise !

     

    « Règne du PeupleLa Grande Division Mondiale »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :