• Certains aiment plutôt le chocolat, d'autres plutôt les chips.

    Certains préfèrent les légumes aux pâtisseries.

     

    Quoi qu'il en soit, chacun ses goûts !

    Nos goûts sont subjectifs.

     

    L'homme moderne est objectif.

    Mais la subjectivité est partout, et nécessaire !

     

    C'est vrai, on peut manger ce qui nous déplaît, et ne pas manger ce qui nous plait...

    Mais cela nous dégoûte de la vie, à long terme !

    C'est nager à contre courant.

     

    Attention, il y a quelque chose d'important à saisir :

    Généralement, plus on va vers le plaisir intense et immédiat, plus c'est mauvais pour la santé.

    Et plus c'est bon pour la santé, moins il y a de plaisir intense et immédiat.

    C'est cela l'objectivité dualiste présente dans la nourriture.

     

    Maintenant, venons en à Dieu.

    Dieu existe, mais il n'est perceptible que de deux façons.

    1) Déjà, on y crois ou on y crois pas, c'est subjectif.

    On ne peut pas se forcer à y croire, ou à ne pas y croire.

    Et on ne peut pas non plus dire qu'il n'existe pas si l'on y croit.

    On naît avec ou pas.

    Et on trouve rarement la Foi après coup.

    2) Dieu n'est pas comme la nourriture.

    Si le chocolat est la nourriture du cœur, et les légumes la nourriture de la raison, Dieu n'est ni du cœur, ni de la raison.

    Pourtant, notre croyance et notre amour pour lui vient du cœur.

    Mais Dieu est au centre, là où nul ne le voit.

     

    En ce sens, il est plus difficile de savoir que Dieu existe avec notre raison.

    Savoir que les légumes sont bons pour la santé ne nous donne pas forcément plus envie d'en manger !

    Mais il est encore plus difficile de le prier quand on y croit pas.

     

    Cela dit, ce n'est pas parce que l'on ne croit pas en Dieu que l'on ne va pas dans son sens.

    Les gens foncièrement mauvais son ceux qui vont à contre-sens du plan Divin.

    Mais je vous le dit, il y a de nombreux Athées qui servent Dieu.

     

    Je ne sais pas comment aider les non-croyants.

    Je voudrais faire comprendre à ceux qui le méritent comment savoir objectivement que Dieu existe, sans forcément l'appeler "Dieu".

    Car je voudrais trouver un équivalent rationnel de la prière, et le partager.

    Pour que tous les "Saint Thomas" de ce monde puissent aussi être heureux, et souhaiter du bonheur aux autres.

     

    Peut-être que le Christ est la solution ?

    Car si la croyance en Dieu et même en le Christ est subjective, on peut se rapprocher du Christ par la raison.

    On peut en arriver à croire au Christ petit à petit, simplement en comprenant la vraie nature de sa parole, en méditant dessus.

    Il ne s'agit pas ici de se forcer à "croire pour voir", mais bien de "voir pour croire".

    On finit par croire en "quelque chose" parce que l'on se rend compte que cette parole est dans le vrai.

     

    Mon père est comme cela.

    "Croire en quelque chose, mais croire !", dit-il.


    votre commentaire
  • Question :

    Est-ce moi qui défile dans le temps de vie qui m'est imparti ?

    Est-ce mon présent qui évolue d'un passé révolu vers un avenir en devenir ?

    Ou est-ce plutôt que je suis statique, bombardé d'événements ?

     

    Une chose est sure :

    Le moi présent n'est ni présent dans le passé, ni dans l'avenir !

    Il y a autant de moi que de temps durant ma vie.

    Mais mon moi conscient est toujours dans mon présent.

     

    C'est à se demander si le temps ne me tourne pas autour ?

    Un peu comme le monde... il me tourne autour !

    De mon point de vue, j'en suis son centre.

    Et je n'ai aucune preuve que ce qui m'entoure n'est pas une illusion !

     

    Le comble de la psychose, c'est de se dire que l'on est le seul être à exister.

    Et que de nous seul découle ce qui nous entoure.

    Si c'est le cas, je suis LE centre d'un monde qui me reflète, sans pour autant que le monde existe.

     

    Et dans ce cas, le Dieu de la Bible n'est pas LE centre du monde, puisqu'il m'entoure.

    Si nous existons tous, alors, Dieu n'est le centre de rien, s'il nous entoure tous.

    Peut-être même qu'il n'est rien, qu'il n'existe pas en tant qu'être conscient !

    Ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas, tout court.

     

    En effet, Dieu ne peut pas être conscient comme nous le sommes.

    Car si Dieu était conscient, il serait Omni-conscient.

    Or, il ne l'est pas, puisqu'il est Omniscient.

     

    Il est "la science" , puisqu'il est l'Omniscience.

    Il ne peut pas être "avec la science", puisque que le préfixe "con-" veut dire "avec".

     

    (Ceci est une allusion à la sinusoïde, et à ce que l'on pourrait nommer la cosinusoïde, qui est le même signal déphasé de 90 degrés, soit la moitié du signal)

     

    Je suis donc (ou nous sommes, si vous existez) "avec la science".

    Nous sommes donc, nous, êtres vivants, Omni-conscients.

     

    Si Dieu EST la science, nous, nous AVONS la science.

    Et nous nous devons de lutter sans vaincre tout de suite.

    Car si nous acquérions toute science, nous mourrions, et deviendrions Omniscient.

    Et quand nous sommes enfants, nous ne sommes pas encore Omni-conscients.

     

    Au milieu de notre vie, nous sommes au maximum de notre Omni-conscience.

    Nous sommes donc totalement AVEC Dieu, mais totalement le contraire de Dieu.

    Je me demande si du haut de mes bientôt 45 ans, je ne suis pas tout simplement dans ce cas ?

    Si oui, cela veut dire qu'à 40 ans, on devient un Christ.

    Et qu'un enfant s'éloigne de l'Antéchrisme, tandis qu'un vieillard est un Antéchrist !

     

    Je considère dans ce cas que l'Antéchrist est la personne la plus proche physiquement de Dieu, et qu'elle veut prendre sa place, ce qu'elle fera en mourant, en abandonnant son corps.

     

    Le monde est tristement ainsi :

    Le Christ est "le chemin, la vérité et la vie" !

    Dieu, lui, est donc forcément l'au-delà.

    Et l’Éternel est la totalité du tout.

    C'est à dire la vie, la mort, et tout ce qui existe.

     


    votre commentaire
  • On peut imaginer ce qu'est Dieu dans son ensemble, d'un point de vue extérieur à nous.

    On peut l'imaginer comme séparé en deux forces, que sont le bien et le mal.

    Le bien étant la force qu'il aime, et le mal la force qu'il n'aime pas.

    Mais ces deux forces sont en Lui.

     

    A partir de là, on peut se poser la question :

    "Dieu est-il fait d'autant de bien que de mal ?"

     

    Si l'on regarde cette dualité, on peut penser que la réponse à cette question est "oui", mais cela n'est pas le cas, à mon avis, car déjà, Dieu n'aime pas le mal qui est en Lui.

    Mais de plus, Dieu serait plutôt séparé en trois forces, que sont la Bonté, l'Injustice, et la Justice.

     

    La Justice de Dieu est tranchée, elle est toujours du bon côté, celui de la Droiture.

    On pourrait l'associer à la couleur primaire Bleu.

    L'Archange qui obéit à la Justice Divine porte le nom de "Michael", qui signifie "qui est comme Dieu", en Hébreux.

     

    L'Injustice de Dieu est tranchée aussi, elle est toujours du mauvais côté.

    On pourrait l'associer à la couleur primaire Rouge.

    L'Archange qui s'oppose à la Justice Divine porte le nom de "Satan", qui portait le nom Angélique de Samaël avant de se corrompre, et son nom signifie "le venin de Dieu", en Hébreux.

     

    Enfin, la Bonté de Dieu n'est pas tranchée, elle est offerte autant aux uns qu'aux autres.

    Que l'on soit Juste ou Injuste, Dieu semble être Bon avec nous.

    On pourrait associer la Bonté à la couleur primaire Jaune.

    Je ne sais pas s'il existe un Archange lié à la Bonté.

    Mais je dirais que la Bonté de Dieu faite homme existe sous le nom de Jésus Christ.

     

    Pour les Hébreux et les Chrétiens, Dieu est donc Juste et Bon.

    Ceci fait pencher la balance dans le sens où deux tiers de Dieu sont le Bien.

    Tandis qu'un tiers de Dieu est le mal.

     

    Je pense que Dieu n'aime pas ce tiers mauvais de Lui.

    Mais tour à tour, Dieu peut prendre chacun des trois visages précités.

    Il y a des moments, par exemple, où Dieu se doit d'être Juste, et où il le devient.

    Mais après coup, quand il devient Bon, il Juge sa Justice de part sa Bonté.

     

    Et Dieu créa l'homme à son image.

    C'est pour cela que quand nous sommes dans une phase de bonté, nous jugeons même nos actes de justice.

     

    Daniel 12 : "En ce temps là sera Michael".

    Hadith sur l'arrivée du Christ : "Jésus descendra du Ciel, porté par deux Anges".


    votre commentaire
  • Si l'on part du principe qu'au commencement, il n'y avait que Dieu,

    Si l'on admet que Dieu est l'Unité de temps et d'espace,

    Si l'on admet que dans cette unité, le temps et l'espace ne font qu'Un,

    Si l'on admet qu'en Dieu, matière et esprit ne font qu'Un,

    Et si l'on admet enfin que Dieu est l'infini le plus Unique,

     

    Alors :

     

    Chaque être vivant est une distorsion de Dieu.

    L'être humain, par exemple, est une séparation en deux de Dieu.

    Nous sommes Dieu séparé en espace et en temps.

    Nous sommes Dieu séparé en matière et en esprit.

    Tout ce que nous observons de nous-même est forcément séparé en deux.

    On pourrait dire qu'il y a le sens, le contre-sens, et le changement de direction.

    (Une direction, en mécanique, est une droite, que l'on ne peut parcourir que dans deux sens)

     

    Ce qui différencie les êtres humains entre eux, c'est :

    La quantité de directions spatiales que nous avons chacun exploré en fonction du temps qui nous est imparti.

    Le sens que chacun de nous a attribué à chaque direction.

     

    L'homme perçoit les animaux comme similaires à lui.

    Nous pouvons imaginer que tout obéit à la même règle de séparation de l'espace et du temps.

    Mais mis à part quelques mots que nous pouvons échanger avec certaines espèces, nous sommes seuls dans notre humanité.

    Nous ne pouvons considérer qu'un animal est un  humain, même si souvent, certains animaux se comportent mieux que nous.

     

    On peut dire que nous percevons le monde qui nous entoure comme séparé en deux, rempli de symétries approximatives.

    Mais ceci n'est peut-être que notre vision des choses, c'est peut-être seulement nous qui séparons les choses en deux.

    Peut être que certains animaux, végétaux ou autres, perçoivent les choses en les séparant en huit, ou en quinze, ou en 127875 !

    Et dans ce cas, ils ne nous nous voient pas en symétrie, comme si nous étions Dieu séparé en deux.

    Au contraire, il nous voient avec les mêmes règles qu'ils se voient eux-même.

     

    Il n'y aurait donc que l'humain qui est Dieu séparé en deux.

    Les autres entités seraient Dieu séparé en plus ou moins de deux.

    Peut-être que nous avons plus de directions parce que nous n'avons que deux sens par direction.

    Toute autre entité ayant moins de directions pourraient avoir forcément plus de sens par direction, directions qui ne seraient plus des droites, alors ?

     

    Ceci montre comment d'un Dieu Unique on obtient toutes sortes d'espèces différentes, plus différentes qu'on l'imagine.

    Mais si l'on réfléchit, les humains sont eux-même différents, non ?

    En effet, ce qui différencie les humains sont les sens qui sont attribués à leurs directions.

    Mais je pense que tous les humains se séparent dans les même directions.

    Il existe toutefois une infinité de directions, puisque Dieu est infini.

    Mais en fonction du temps qui nous est imparti dans notre vie, nous ne donnons pas le même sens aux directions que nous (re)découvrons.

     

    Maintenant, je vais tenter de répondre à la question posée au départ.

    La terre est une exoplanète, c'est son espèce.

    Chaque exoplanète similaire à la terre est surement aussi habitée que la terre peut l'être.

    Mais tout comme les humains ne sont pas nés en même temps, n'ont pas le même âge, et ne croisent que ceux qui sont de leur époque, une exoplanète ne peut trouver une autre exoplanète avec une forme de vie qui nous ressemble que si elles sont toutes deux de la même époque.

    Je parle d'exoplanètes de la même époque, mais je ne sais pas trop ce que cela signifie par rapport à leurs habitants.

    Si je me base sur l'homme, il ne pourrait y avoir de la vie que nous pourrions croiser que sur des exoplanètes quasiment du même âge que la terre.

     

    Si je veux rencontrer ces gens, je dois donc :

    Soit voyager extrêmement vite,

    Soit voyager lentement en hibernation et calculer ma trajectoire.

    Dans ce deuxième cas, si je sais que je veux atteindre une exoplanète précise, elle doit être plus jeune que l'âge de la terre d'environs autant d'années que le voyage jusqu'à elle durera.

    Si il me faut cent mille ans pour aller sur une exoplanète précise, je n'y croiserai potentiellement de la vie que si cette planète est cent mille ans plus jeune.

     

    De même, si je veux observer s'il y a de la vie sur des exoplanètes avec un télescope capable d'y voir à la vitesse lumière, je dois regarder celles qui sont plus jeunes d'autant d'années qu'il y a d'années lumières qui nous séparent d'elle. 


    votre commentaire
  • Comme son nom l'indique, ce sera le Jour où les gens se Jugeront pour la dernière fois.

    Après cela, il n'y aura plus de jugements sur terre, nous serons tous bienheureux les uns avec les autres.

    L'au delà n'est qu'au delà du Jugement Dernier.

    Mais il doit y avoir une vie au delà du Jugement, une vie meilleure.

    Espérons-le, espérons en Dieu !


    votre commentaire
  • Dieu ! Dieu ! Pourquoi nous as-tu abandonné ?

     

     

    Réponse de Dieu :


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Pourquoi est-ce que je suis vivant alors que je souffre tant ?

    Ce n'est pas parce que j'aime la vie, mais j'aime ce qu'elle pourrait-être de bien.

     

    Imaginons que j'ignore ce désir de vivre une vie que je n'aurai jamais.

    Qu'est ce qui me maintient en vie ? C'est la peur de ne pas survivre.

    Je pense que cette peur est née le jour où j'ai commencé à souffrir.

     

    Et imaginons que j'ignore la peur de ne pas survivre, qu'est ce qui me force à vivre ?

    C'est la peur de voir souffrir et mourir les miens, ceux que j'aime.

     

    Voici donc la preuve que mes raisons de vivre, c'est :

    1) La peur de perdre ceux que j'aime.

    2) La peur de les voir souffrir.

    3) La peur de mourir moi-même.

    4) La peur de souffrir moi-même.

    5) Le rêve d'une vie meilleure.

     

    Je note donc que si la mort et la souffrance n'existaient pas, cela ne me garantirait pas que j'ai envie de vivre.

    Ma vie est donc avant tout un besoin, pas une envie.

     

    Je comprend pourquoi cela fait longtemps que je n'ai pas envie de la vivre :

    Mon unique rêve est irréalisable !

     

    Qui pourra remplacer le besoin par l'envie ?


    votre commentaire
  • Je suis le Fils de l'Homme.

    Et parce que je suis son Fils, je ne suis pas l'Homme.

     

    Si l'Homme m'est apparu comme un monstre, à cause de sa violence et de sa bestialité, alors, je me dois d'évoluer par rapport à lui.

     

    Tout le mal que l'on m'a fait, je ne dois pas le reproduire, ni le vaincre par ses propres moyens.

    Au contraire, je me dois de vaincre le mal par le bien, de vaincre la guerre par la paix.

     

    Pour l'Homme, mon Père, je ne suis qu'un monstre, un enfant raté, une tentative involontaire de faire mieux qu'un moule prétendu parfait.

    Pour moi, je suis l'évolution, un pas de plus vers la perfection, et l'issue de secours d'un monde à l'agonie.

     

    Je ne me contenterai pas de sauver ceux qui respectent les règles de mon Père.

    Je sauverai tout le monde, en aidant chacun à se repentir, et à se racheter de chacun de ses pêchers.

    Même les pêchers qui ne paraissent pas rachetables seront rachetés, jusqu'à ressusciter les morts.

     

    Je vous le dit, le pêcher n'aura plus court dans mon royaume.

    Il n'aura plus de raison d'être.

     

    Et je l'espère, tout ce temps que nous avons connu où nous souffrions et faisions souffrir, nous le connaîtrons  à l'envers, en nous aimant et en nous aidant les uns les autres.

     

    Non, je ne suis pas un Héros, je serais plutôt comme un monstre.

    Car le Héros tue les monstres pour se donner de la valeur.

    Mais moi, parce que je suis différent des Héros, j'ôterai à tout le monde le désir de se battre contre son prochain.

    Je ferai réaliser à tout le monde que nous vivons tous pour le bonheur, quels que soient nos actes.

    L'on m'a mis en cage parce que je suis différent. Alors, de ma différence naîtra notre volonté d'avoir les points communs qu'il nous faut pour devenir bons, sans pour autant devenir quelqu'un d'autre, sans changer ce que nous sommes vraiment dans notre cœur.

    Nous ne changerons en nous que ce qui nous pèse, parce qu'en plus de nous peser, cela pèse aussi aux autres, que nous en soyons conscients ou pas.

     

    Et je montrerai que le mal n'est pas vivant.

    Mais que Bêtement, nous lui prêtons vie.

     

    Nous avons fait le mal (verbe avoir), mais nous ne sommes pas le mal (verbe être).

     

    Non, je ne tuerai pas les êtres jugés "abominables". Je les guérirai. Je trouverai les mots qu'il faut pour qu'ils triomphent chacun, en eux et par eux-même, de la source de leurs problèmes, et ce de la meilleure façon.

    Je changerai toutes les règles qui vont contre l'Amour et contre la Vie, jusqu'à ce que je puisse m'en aller.

     

    Mes Frères, vous avez le droit de ne pas aimer la même chose que moi. Mais vous n'avez pas le droit de me haïr pour cela.


    votre commentaire
  • "Un dogme est une affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité politique, philosophique ou religieuse.", Wikipedia

     

     

    Dans l'Islam, il est dit qu'Allah est Omniscient et Omnipotent.

    Et parce qu'il est Omnipotent, on devine que les religions qu'il a apporté sur terre ne doivent pas être soumises à des dogmes.

    Car croyez-vous que seul l'homme peut changer d'avis ? Croyez-vous qu'Allah est un pantin ou un robot qui ne change pas d'avis ?

    Même Allah peut changer d'avis sur tous les sujets, puisqu'il est Omnipotent, dans le respect de Son Savoir, dû à Son Omniscience.

     

    Les pires dogmes sont ceux basés sur l'interprétation des textes.

     

    Pour le Judaïsme, les Fils de Dieu existent, mais Jésus n'est ni Fils de Dieu, ni Prophète.

    Pour le Christianisme, Jésus est le seul Fils de Dieu, et il est le Messie, pas un prophète.

    Pour l'Islam, Allah n'a ni engendré, ni été engendré. Donc, il n'y a pas de Fils de Dieu, mais Jésus est reconnu comme un prophète.

     

    Il n'y a que trois manières de réagir face à ces dogmes.

    - Soit l'on est Athée et l'on n'y croit pas.

    - Soit l'on ne croit qu'en sa propre religion, et l'on y adhère (ou pas).

    - Soit on a l'intelligence de comprendre qu'il n'y a qu'Un seul Dieu, et dans ce cas, on peut avoir l'intelligence de chercher à comprendre "comment ce puzzle fonctionne".

     

    Pour ma part, il y a longtemps que j'ai fait la synthèse de tout cela.

    Pour connaitre la vérité, il faut d'abord comprendre certaines choses essentielles.

     

    1) Au commencement, Dieu était Un, et Il était seul. Donc, il ne peut avoir Créé Sa Création et Ses créatures que de part sa propre substance, puisqu'il n'y avait rien d'autre que Lui.

    2) Nous sommes créatures, donc, nous sommes des parties de Sa substance. Dieu lit donc en nous comme dans des livres ouverts. Mais les voies du Ciel restent impénétrables pour nous.

     

    A partir de là, nous pouvons déjà comprendre des choses importantes.

    Toute créature de Dieu est un Fils non engendrés de Dieu.

    Un fils engendré est un mélange de son père et de sa mère.

    Un Fils non engendré est donc une partie du Père, englobée par Lui.

     

    Allah n'a donc pas engendré ni été engendré, ce qui ne l'empêche pas d'avoir des Fils non engendrés.

    Cela résout le problème qui oppose l'Islam et le Judaïsme sur ce point.

     

    Pour le Christianisme, cherchez le mot "Trinité" dans la Bible, vous n'en trouverez aucune trace.

    C'est facile à vérifier, en téléchargeant la Bible au format pdf, et utilisant l'outil de recherche avec le mot clé "trinité".

    Cela fortifie donc l'Islam sur ce point qui dit : "Ne dites pas "Trois" ".

     

    Mais pour démonter l'argument Chrétien qui dit que Jésus est le seul Fils de Dieu, c'est tout aussi facile.

    La prière du "Notre Père", qui est dans le nouveau testament Biblique, est révélatrice d'un grand secret, pour ceux qui ont de l'intelligence.

    Elle commence par "Notre Père qui êtes au Cieux...".

    Vous remarquez que si vous êtes Chrétien et priez ainsi, vous priez Dieu en l'invoquant comme votre propre Père !

    Vous êtes donc vous aussi Fils non engendré de Dieu, simplement parce que vous l'avez maintenant compris.

     

    En résumé, si au lieu d'opposer les religions, nous cherchons ce qu'il y a en commun, alors :

    1) Nous sommes tous Fils non engendrés de Dieu, ce qui confirme qu'Allah n'a pas engendré ni été engendré, et que les Fils non engendrés de Dieu existent.

    2) Dieu est donc notre Père, et une partie de Lui réside en nous. Ceci veut dire que nous sommes tous une partie du Père, mais pas le Père tout entier, au moment où nous vivons.

    Avant que la Création ne soit Créée, nous étions Un, nous étions tous ensemble Un seul, et nous étions le Père. Cela sera pareil après notre mort, quand nous retournerons au Père, que nous ne ferons plus qu'Un avec Lui.

    Ceci nous permet de dire, tout comme l'a plus ou moins fait Jésus, que nous sommes le Père. Même si c'est plutôt que nous étions le Père, et que nous le serons encore, s'il le veut, s'il ne nous rejette pas.

    Et nous ne pouvons avoir des enfants engendrés que quand nous sommes incarnés dans la chair. Or, au moment où nous sommes dans la chair, c'est là que nous ne sommes pas entièrement le Père. Ce qui ne nous empêche pas d'avoir été le Père, d'être partiellement le Père dans le présent, et peut-être de redevenir le Père, s'il le veut.

     

    En résumé, comme vous pouvez le constater si vous n'êtes pas intégriste, les dogmes sont nuisibles. Et l'interprétation des textes religieux n'a de sens que si l'on accepte que toutes les religions ont le même Dieu, et ne se contredisent pas... Même si les apparences nous font croire que les religions se contredisent !

     

    Il y a plein de recherches, sur internet, qui permettent de comprendre comment petit à petit unifier les religions pour en tirer des vérités.

    Mais le problème reste que les gens ne veulent pas remettre en question leurs dogmes et leur intégrisme.

     

    Enfin, méfiez-vous des textes ajoutés et/ou retranchés par des gens qui n'ont été ni ne sont Messies ou prophètes !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique